Les Principaux Traitements

 

 
Dépoussiérage

La poussière, par frottement de la toile contre celle-ci, devient abrasive. Elle augmente également l'humidité superficielle. L'humidité favorise l'attaque d'agents chimiques et la prolifération de micro-organismes.

Traitement contre les insectes xylophages 

Étape essentielle, au risque que ce dernier n'assure plus sa fonction. Le bois du châssis peut vite devenir aussi mou qu'une éponge.

Retrait de pièces / d'éléments résultants d'interventions antérieurs 
Nettoyage du Revers
 

Avant tout traitement du revers, il convient de protéger la face avec un papier spécial. Ce dernier se retire une fois l'intervention terminée. Le nettoyage permet d’éliminer une partie des produits de dégradation à l’origine de l'oxydation de la toile et d’atténuer voire d’éliminer des éléments étrangers tels que les tâches, résidus d’adhésifs, auréoles…

Les pièces entraînent avec le temps des déformations du support. De plus les cartons et papiers anciens sont souvent acides, les colles et les bandes adhésives inadaptées.

 
Aplanissement de la déformation

La déformation est gênante à la lecture de l'œuvre. Selon son importance, l'ombre portée de la déformation peut être plus ou moins grande, et limite ainsi la visibilité des couleurs, du véritable relief de la couche picturale.

Réparation de la déchirure

La déchirure doit être traitée le plus tôt possible afin d'assurer la cohésion du support et d'éviter son agrandissement. De plus, la perte de la matière picturale autour des lèvres de la déchirure peut également s'accentuer.

 
Incrustation de toile

Afin de rétablir la cohésion du support, une pièce de toile à la forme de la lacune, comble cette dernière.

Consolidation / Rentoilage

Il est parfois nécessaire, quand la toile est trop fragilisée, de venir renforcer une zone (une zone de déchirure bien souvent) ou la totalité du revers. Pour cela, il peut être employé une toile neuve, une pièce de renfort (toile, intissé, gaze) ou encore des fils.

 
Renfort Latéraux

Traitement indispensable lorsqu'il est impossible de retendre une toile présentant une marge trop étroite, en mauvais état (déchirée) ou ayant même disparu.

Démontage / Tension sur Châssis

Étape necessaire lorsque l'oeuvre peut être trop tendue ou pas assez maintenue.

Remise dans le plan des soulèvements / Refixage ponctuel
Refixage Général
 

Les soulèvements sont le résultat du détachement de couches dans la peinture. Pour limiter les pertes d'écailles, il est nécessaire de les fixer à nouveau dans leur logement.

Il a pour but de redonner l'adhérence à la matière sur son support. L'adhésif est choisi selon ses particularités, répondant au besoin du tableau, sans l'altérer.

Réintégration Colorée
Masticage des lacunes
 

Les lacunes sont comblées pour homogénéiser la surface du document et prévenir de nouvelles altérations. Il sert de base à la réintégration colorée.

Elle permet d'améliorer la lisibilité de l'œuvre en rétablissant la continuité des couleurs et des formes, présents autour de la lacune. En aucun cas il faut retoucher sur la couche picturale originelle.

 
Décrassage

La pollution atmosphérique, les déjections d'insectes, la poussière se déposent sur le vernis. Un voile gris se forme alors sur l'ensemble de l'œuvre et dénature celle-ci, en modifiant l'aspect initial du tableau.

Égalisation / Allègement / Retrait du vernis

L'oxydation naturelle du vernis modifie les valeurs chromatiques de l'œuvre. La couche de vernis s'assombrit, jaunit et ne remplit plus alors sa fonction première qui est de protéger tout en restant transparent pour apprécier la peinture. En aucun cas le retrait du vernis doit altérer la matière picturale. On préfèrera l'allègement à son retrait complet. On trouve parfois des nettoyages abusifs qui ont pour conséquence l'usure de la couche picturale.

Régénération du vernis
Vernissage
 

Il arrive parfois que le vernis soit micro fissuré. En perdant sa cohésion, le vernis devient non homogène. Avec l'humidité, de petites gouttelettes d'eau sont emprisonnées dans les fissures. La lumière se retrouve donc heurtée, déviée sans jamais atteindre la couche picturale. Il apparaît alors, un voile blanchâtre, plus ou moins opaque. C'est ce que l'on appelle un chanci.

Cette couche finale permet de protéger l'œuvre dans l'ensemble. On utilise également le vernis pour isoler les interventions du restaurateur des matériaux d'origine (c'est le cas pour la réintégration, où l'on dépose une couche de vernis avant).

Héloïse GEORGET  /  art.generis@gmail.com  /  N°SIRET: 518-598-289-00016   

26 avenue du mont soleil 83400 HYERES / 06 85 57 73 29
L'atelier est assuré à "La Compagnie des arts", 30 rue Pierre Brasseur 77100 MEAUX, TEL: 01.60.01.23.23