Voici quelques conseils pour vous aider à conserver au mieux vos oeuvres ...

MANIPULATION ADEQUATE
 

Pour toutes les techniques sèches (pastel, fusain...) que vous ne souhaitez pas encadrer tout de suite, il est impératif de les stocker le plus possible à plat, face dessinée contre une feuille de papier cristal. Pour une meilleure conservation des dessins, il existe des boîtes spéciales. Il s'agit de boîtes "solander box". 
 

 

           Ne jamais empiler les dessins, les uns sur les autres sans utiliser le papier cristal. 
Ne jamais toucher avec le doigt la surface. Cela pourrait soulever tout ce qui est pulvérulent ou comme pour le graphite, créer des bavures, en causant la perte des détails du dessin. 

ENCADREMENT 
 
Un encadrement idéal doit remplir son devoir de protection. Il ne doit pas être la source principale de toutes altérations. Pour les techniques sèches, l'important est de limiter les frottements sur la surface du dessin. Pour cela une marie-louise ou un passe partout permet, par son épaisseur de 3 mm environ, de maintenir la vitre surélevée, sans être en contact direct avec l'oeuvre. Il est indispensable de suivre ce conseil pour l'autre raison qu'est la circulation d'air dans le cadre. En effet, l'espace entre l'oeuvre et la vitre limitera le développement des moisissures. Si vous n'êtes pas un amateur de marie-louise ou de passe-partout, faites poser alors des fines baguettes tout autour du cadre à l'intérieur, pour créer un écart et qu'il n'y ait pas contact avec le verre...c'est invisible et très efficace. 
 

CONSEIL DE NETTOYAGE D'UNE VITRE


Si la vitre n'est pas anti-statique, nettoyez-la toujours avec un chiffon humide. Vous éviterez ainsi la formation et l'accumulation de charges électrostatiques qui attirerait la poudre de pastel sur la vitre par exemple.

CONDITIONS IDEALES D'ACCROCHAGE

 

Exposez le moins possible une oeuvre à la lumière directe du soleil (à cause de l'excès des rayons Ultraviolets et infrarouges) et à proximité d'une source de chaleur (radiateur, chauffage électrique...). En revanche l'absence totale de lumière est néfaste, cela favoriserait le développement de micro-organismes. La température idéale doit être comprise entre 18 et 22°C et l'humidité idéale ne doit pas dépasser plus de 60% d'humidité relative et descendre en dessous de 40%. Sur ce point il faut noter que ce sont surtout les variations climatiques qui sont désastreuses.

COMMENT REMÉDIER AU PROBLÈME D'HUMIDITÉ ?


- Veiller à l'entretien des édifices. Maintenir les gouttières et les dispositifs d'évacuation de l'eau en état (élimination des feuilles mortes, bouchage des fissures etc.). 


- Munissez vous d'un simple déshumidificateur avec pastilles. 

 

- Améliorer la ventilation de votre pièce, avec quelques petits travaux de maçonneries. Il suffit de faire deux trous dans les murs vers l'extérieur: un en bas du mur, et un autre si possible à l'opposé de celui ci mais en haut du mur en créant ainsi une circulation d'air. 

 

- Étudier de façon préventive tout risque d'inondation. 

 

- Eviter de laver les sols à grande eau qui verra ainsi le degré d' humidité monter par suite de l'évaporation au sol. 

 

- Eviter l'installation de conduites d'eau dans les lieux où sont stockés des oeuvres fragiles, car cela présente un risque important : chaudes ces conduites assèchent l'atmosphère; froides, elles provoquent condensation et ruissellement. 

COMMENT AGIR CONTRE LES RAYONS UV ?


- Éliminer les rayons ultraviolets en plaçant des filtres anti-UV devant les sources d'éclairage, tout particulièrement les tubes fluorescents et certaines lampes halogènes, ainsi que sur les fenêtres (rideaux ou stores). Cela peut se traduire, si vous choisissez un encadrement avec verre, une vitre anti UV. 

 

- Limiter l'intensité de l'éclairage : les expositions dans des " obscures clartés " ne répondent pas seulement à des modes muséographiques, mais à une nécessité impérieuse de protection des œuvres. Le niveau généralement préconisé est d'environ 150 lux, mais il doit être limité à 50 lux pour les matériaux fragiles, ce qui est peu et nécessite un temps d'accoutumance pour l'œil. Rappelons que le lux est une unité d'éclairement que l'on mesure grace à un luxmètre. 

 

- Limiter la durée d'exposition des documents sensibles car l'effet de la lumière est cumulatif.
La solution est de tourner avec plusieurs oeuvres. Alternez de temps en temps, afin d'augmenter la durée de vie de votre oeuvre en la stockant, en attendant, dans une pièce mi-sombre et aérée. 

 

- Prendre en considération deux dangers corollaires : la position des sources d'éclairage afin d'éviter un échauffement dangereux, en particulier avec les lampes halogènes et, d'autre part, l'installation électrique qui peut parfois déclencher des incendies. 

COMMENT LIMITER LES RISQUES D'INCENDIES ?


- Respecter les consignes de sécurité concernant la prevention de l'incendie dans les bâtiments. Cette démarche est plus facile lorsqu'il s'agit de construction nouvelle. Le choix de matériaux de construction se porte vers des matériaux classés incombustibles, l'installation électrique est sévèrement réglementée, des systèmes de détection, des trappes de désenfumage, des dispositifs d'évacuation et d'extinction peuvent être mis en place. 

 

- Installer des paratonnerres, des volets pleins en bois dans la mesure du possible, des extincteurs en nombre suffisant, bien apparents et régulièrement entretenus. 

 

- Préférer l'emploi d'extincteurs manuels à poudre sèche ou à dioxyde de carbone. 

 

- Inspecter régulièrement les installations électriques et les systèmes de sécurité. 

 

- Dépoussiérer l'édifice (la poussière est un vecteur de propagation du feu), tenir propres et débrousailler ses abords. 

 

- Entretenir parcs et forêts.

COMMENT RÉAGIR LORSQU'UN TABLEAU EST GRAVEMENT ALTÉRÉ (Perte de matière picturale, Châssis qui tombe en poussière, etc...) ?



Dans un premier temps, récupérez toutes les écailles qui ont sauté et mettez-les dans une enveloppe, stockez-la à plat sans rien poser dessus. Puis en ce qui concerne l'oeuvre, laisser-la à plat face vers le haut. Si la toile n'est plus fixée sur son châssis, ne jamais rouler l'oeuvre car le support peut être oxydé et il casserait alors comme du verre. Appelez ensuite un restaurateur de tableaux, et celui-ci consolidera la peinture avant son transport si besoin. Il faut en effet s'assurer de l'état de solidité avant tout transport pour limiter les pertes!

Héloïse GEORGET  /  art.generis@gmail.com  /  N°SIRET: 518-598-289-00016   

26 avenue du mont soleil 83400 HYERES / 06 85 57 73 29
L'atelier est assuré à "La Compagnie des arts", 30 rue Pierre Brasseur 77100 MEAUX, TEL: 01.60.01.23.23